Star Wars, anatomie d’une saga 3e édition. Armand Colin, 2015, Coll. Cinéma/Arts visuels dir. par Michel Marie. 232 p. EAN 9782200611743.
Star Wars, comme disent ses fans, c'est " tellement plus que du cinéma " ! Il y a les romans, les jeux, les BD, les sites internet, les costumes, les encyclopédies sans parler du programme de la défense nationale des États-Unis. Un univers qui s'adopte et qu'on utilise à la manière d'un jeu de construction pour produire à son tour et aussi pour réfléchir à des questions importantes, et parfois même un style de vie. A la veille de la sortie du 7e épisode de cette saga légendaire et si populaire du cinéma, cet ouvrage décortique les films (leurs grands thèmes, les inspirations mythologiques et littéraires, les ressorts naratifs...), les compare aux classiques de l'histoire du cinéma et analyse l'engouement des fans (notamment ce foisonnement de courts-métrages amateurs, à la fois hommages et parodies de l'œuvre). Un livre pour tous ceux et toutes celles qui ont envie de (re)découvrir Star Wars, à la fois phénomène de cinéma et de société
.

Présentation sur le site de l'éditeur. Lire l'avant-propos et le début du chapitre 1 : au format pdf --- au format ebook.

L'analyse de séquences 4ème édition refondue Armand Colin, 2015, Coll. Cinéma/Arts visuels dir. par Michel Marie, 224 p. EAN 13 : 9782200600549.
Comment analyser une séquence de film ? Qu'on s'y lance pour le plaisir ou dans le cadre d'un examen, il est prudent de partir bien équipé. Ce livre se présente comme une trousse à outils. Il fournit les bases indispensables à l'exercice d'analyse, en matière aussi bien de technique que d'esthétique. Chacun des outils est expliqué à l'aide de tableaux ou de photogrammes, et d'exemples de films puisés dans toute l'histoire du cinéma. Nul besoin d'être un cinéphile accompli pour les comprendre et se les approprier. Des descriptifs d'épreuves, parmi celles qui comportent une analyse de séquence, sont fournis et commentés : l'option cinéma du bac et des agrégations de lettres et d'arts plastiques, le concours d'entrée à l'ENS, à la Fémis et à Louis-Lumière. Cette quatrième édition refondue et mise à jour propose également trois nouveaux exemples d'analyse : Cléo de 5 à 7 (Agnès Varda, 1962), Larry le dingue, Mary la garce (John Hough, 1974), Laurence Anyways (Xavier Dolan, 2012). Présentation sur le site de l'éditeur.

Analyser un film. De l'émotion à l'interprétation Flammarion coll. "Champs - Arts", 2012. 432 page. EAN : 9782081249615.
Analyser un film, c’est avant tout s’interroger sur l’origine de nos émotions. Comment un simple film peut-il réussir à nous parler, à nous bouleverser, à changer l’image que nous avons de nous-mêmes, à nous persuader qu’il dit des choses vraies sur le monde qui nous entoure? Pour répondre à ces questions, l'auteur propose trois types de lectures filmiques : 1) l’analyse typologique : quel genre d’histoire racontent les films ? 2) l’analyse formelle : quel arsenal technique et symbolique déploient-ils? 3) l’analyse conceptuelle : quelles interprétations permettent des disciplines comme la sémiologie, l’esthétique, les Gender et les Cultural Studies, l’anthropologie, la psychanalyse, la narratologie, la poétique historique… ? Sans distinction d’époque, de prestige ou de genre, l'auteur convoque un grand nombre de films du patrimoine mondial et s’adresse à la fois aux étudiants, aux enseignants et à tous les cinéphiles.

Lire un extrait de l'introduction. Lire la recension de Juliette Goursat.


Qu’est-ce qu’un bon film ? Nouvelle édition remaniée et actualisée 256 pages. La Dispute, hors collection, 2012. ISBN : 978-2-84303-212-7
Qu’est-ce qu’un bon film ? Ne comptez pas sur ce livre pour vous l’apprendre. Le but du jeu n’y est pas d’imposer un standard du goût, mais de comprendre comment le goût pour certains films se construit et, surtout, se justifie chez les amateurs et chez les professionnels. Chacun ses goûts, alors ? Oui et non. Quelquefois, les raisons d’aimer le cinéma ou tel film en particulier sont partagées par de vastes communautés, d’autres fois elles ne se rencontrent que chez certains individus. Le tout est de rester lucide sur ces raisons d’aimer, et de s’abstenir d’en faire les fondements d’une prétention à les imposer. Suis-je forcément quelqu’un de bien si je préfère Carl-Theodor Dreyer à Patrice Leconte ? Un imbécile si Fast and furious me plaît davantage que Pauline à la plage ? Ce livre, conçu comme une protestation contre l’intolérance culturelle, répond : non ! Tout dépend de ce que je fais du film et de ce que je lui demande. Lire la recension deTomáš Hudák (en tchèque) dans Ikon.

Interdit aux moins de 18 ans. Morale, sexe et violence au cinéma Armand Colin, Paris, hors collection, 2008. 240 pages. ISBN: 978-2200346294   
Pourquoi le sexe et la violence font-ils recette au cinéma ? Pourquoi déclenchent-ils tant de polémiques ? Le but de ce livre est de réfléchir sereinement à la conduite à tenir face aux « images sulfureuses ». Après une étude comparée du problème de la censure en France et aux Etats-Unis, l'auteur analyse les attitudes possibles face aux scènes de violence et à la pornographie. Il étudie la façon dont des films comme Irréversible, Elephant, ou Lilith ont été reçus par le monde des médias ou celui de l’éducation. Il tente d’expliquer les raisons d’agir et de réagir des créateurs et spectateurs. Chaque chapitre se termine donc par l’interview d’un expert : réalisateur, philosophe, critique, psychologue... etc.
Consulter la table des matières et l'index ---- Lire la critique du livre sur le blog d'Albert Montagne ---- Lire la critique du livre par Pierre-Olivier Toulza sur Nonfiction.fr


Abécédaire des Parapluies de Cherbourg
. 114 pages. Ed. de l'Amandier, Paris, coll. « Ciné-création », 2007. ISBN: 978-2-35516-032-5.        

Radiographie de l’amour qui passe, manifeste punk déguisé en chanson de variétés, les Parapluies de Cherbourg cachent bien leur jeu. Avec eux, Jacques Demy invente le genre du film de regrets, dont les héros vivent leur vie au conditionnel passé.
Consulter la table des matières et l'index ---- Lire la critique du livre par Anne Feuillère



Le son au cinéma. Image et son : un mariage de raison
L’Etoile-Cahiers du Cinéma, Paris, collection «Petits Cahiers», 2006. ISBN : 2866423372. 96 pages.         
Au cours de l’histoire du cinéma sonore, les cinéastes ont accordé de plus en plus d’importance à la bande son, dont la richesse est aujourd’hui un facteur essentiel de qualité esthétique et de succès public. Savoir analyser aujourd’hui ce que l’on entend au cinéma - les paroles, la musique, les bruits - participe désormais de la compréhension de l’œuvre d’un cinéaste. C’est aussi un élément déterminant dans l’émotion procurée par le film. L’auteur apporte un éclairage historique où l’on découvre qu’un riche univers sonore existait déjà dans les salles au temps du muet, que le multipistes a été inventé il y a des lustres ou que la révolution numérique a d’abord eu lieu en France... L’ouvrage permet egalement de comprendre les pratiques des métiers du son. Une trousse de secours pour le spectateur désorienté, des analyses de séquences, des interviews et des documents de travail de professionnels complètent cette approche du son au cinéma. Présentation du livre ---- Lire la critique du livre par Jean-Jacques Birgé

Hollywood et la difficulté d’aimer Stock 2004, coll. « Un ordre d’idées » dirigée par Nicole Lapierre. 304 pages. ISBN: 2-234-05661-6. Prix du meilleur essai 2004 du SFCC, Syndicat français de la critique de cinéma            
Comment peut-on encore prendre au sérieux une vieille romance hollywoodienne ? Le réalisme domine aujourd'hui les discours publics sur l'amour, repoussant le genre de la romance dans des ghettos où se consomment rapidement des chewing-gums du cœur - les gondoles de supermarchés réservées aux livres Harlequin, la télévision hertzienne de l'après-midi. Le discrédit du « grand amour » dans les sociétés les plus riches de la planète semble total. Et pourtant, ces films, devenus des objets kitsch dont les improbables happy ends, les couchers de soleil romantiques et les violons languissants font sourire les spectateurs du troisième millénaire, conservent un pouvoir de fascination. Peut-être parce que la vision qu’ils donnent de la passion est moins simple qu’il n’y paraît.
Consulter la table des matières et la filmographie ---- Lire la critique du livre sur Critiques libres

Cinéma et cognition L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique » dir. par D. Château & Br. Péquignot, Paris, 2002. ISBN : 2-7475-2327-6. 224 pages.
Le but de ce livre est de décrire ce qui se passe dans la tête du spectateur pendant qu’il regarde un film. De manière plus précise, la tâche est double : 1. Décrire, au sein de l’architecture mentale commune à tous les humains, les mécanismes perceptifs, cognitifs et  et émotionnels mis en jeu par le dispositif cinématographique. 2. Observer les processus d’allers-et-retours entre ces processus et les films. Le parcours est organisé le long d’une échelle de points de vue sur la réception du film, depuis le micro-niveau des percepts, pour lequel les sciences cognitives peuvent seules être de quelque secours, jusqu’au macro-niveau de la compréhension de l’histoire et du plaisir, où elles entrent en concurrence avec d’autres secteurs des sciences humaines.
Consulter la table des matières ---- Lire la critique du livre par Nicolas Mathieu sur Objectif Cinéma


L’écran post-moderne. Un cinéma du recyclage et du feu d’artifice
208 pages. L’Harmattan, collection «Champs Visuels» dirigée par P.-J. Benghozi, J.-P. Esquenazi & Br. Péquignot, Paris 1997. ISBN : 2-7384-5083-0
La Guerre des étoiles, Le grand bleu, Diva, Les Aventuriers de l’arche perdue, Pulp Fiction... A divers titres, ces films relèvent d’un cinéma post-moderne. Incomparable divertissement pour les uns, tombeau du septième art pour les autres, qu’en est-il exactement de cette tendance apparue sur les écrans voici vingt ans ? On dresse ici l’état des lieux en exposant les réponses que le cinéma post-moderne apporte aux crises du récit et de la représentation, qu’il choisisse la voie des recyclages assortis d’un clin d’œil ou encore celle du feu d’artifice multipistes sur écran géant. Sont analysés au passage les rapports qu’il entretient avec la “morale des images”, avec des techniques comme celle des images de synthèse, ou encore avec des courants esthétiques anciens comme celui de l’avant-garde des années vingt. Au final, dix analyses confrontent le cinéma post-moderne à ses cousins, clips, spots publicitaires et tours de manège. Consulter la table des matières


Analyser une adaptation. Du texte à l’écran
En duo avec Jean Cléder. Flammarion, coll. "Champs", 2017. EAN13 : 9782081395954, 386 p.
Que se passe-t-il lorsqu’une œuvre littéraire est adaptée au cinéma ? Pour analyser le passage du texte à l’image, comment aller au-delà d’une simple énumération des changements ? Une adaptation cinématographique est-elle une interprétation d’un texte ou un objet autonome ? De La Princesse de Clèves à Shining, de Tamara Drewe à Madame Bovary, Jean Cléder et Laurent Jullier ré-examinent les notions de personnage, de narration ou de fidélité, pour présenter des clefs de réflexion dans cette perspective : mieux comprendre ce qui se joue lorsqu’un livre devient film (et inversement). Analyser une adaptation nous invite à identifier les passerelles et les spécificités, en abandonnant la séparation entre les arts qui limite la compréhension de la littérature comme du cinéma, pour les faire véritablement dialoguer entre eux. Consulter le sommaire.


Une brève histoire du cinéma, 1895-2015
En duo avec Martin Barnier. Fayard, coll. "Pluriel", 2017. EAN13 : 9782818504819, 456 p.
Cet ouvrage s’adresse au grand public aussi bien qu’aux étudiants et aux cinéphiles. Il explique, illustrations à l’appui, plus de cent vingt ans d’histoire d’une industrie considérée à la fois comme un art et comme un média. Donnant les repères essentiels – des origines du cinéma à nos jours – dans le monde, il aborde les dernières découvertes et les cinématographies méconnues. Il livre aussi des outils d’analyse et de compréhension : à quoi reconnaît-on un film expressionniste ? Comment envisageait-on le montage dans les années 1900 ? Quelle révolution des images animées entraîne vraiment le numérique ? Une brève histoire du cinéma permet de saisir l’évolution des techniques et les enjeux qui régissent le monde du cinéma : une synthèse indispensable pour savoir ce qui se trame derrière le grand écran. Consulter le sommaire et lire un extrait.


Les images de synthèse au cinéma
En duo avec Cécile Welker. Armand-Colin, coll. "Focus". EAN13 : 9782200617110, 152 p.
Les êtres humains, les décors et les objets qui se trouvent pour de bon devant la caméra ne suffisent plus ! Calculer un extraterrestre ou incruster la tour Eiffel pour faire croire que la scène se passe à Paris : aujourd’hui, tous les genres de films ont recours aux images de synthèse, et le cinéma ne peut plus s’en passer. Quand sont-elles apparues ? Comment les conçoit-on ? Quelles sont les étapes de leur intégration à un film ? Quelles sont les spécificités économiques de leur production ? Ces images nouvelles bouleversent-elles les habitudes des cinéastes et des spectateurs ? Illustré d’exemples variés et d’entretiens de spécialistes, ce livre propose une synthèse en répondant à toutes les questions que l’on peut se poser sur les évolutions des technologies, des pratiques et des métiers liées à l’apparition des images de synthèse au cinéma. Consulter le sommaire et lire un extrait.


Le clip. Histoire et esthétique
En duo avec Julien Péquignot. Armand-Colin, 2013. 224 pages. EAN13 : 9782200281212
Aujourd’hui un clip peut être partagé sur Facebook ou sur YouTube, passer sur MTV au fond d’un bar, ou bien sortir en DVD signé d’un réalisateur reconnu. On peut aussi le retrouver dans le programme d’un festival de cinéma, dans un spectacle vivant mêlant sons et lumières, ou encore dans les salles d’un musée d’art contemporain. Au cœur d’enjeux financiers colossaux, le clip conserve pourtant cette aura de gratuité, aux deux sens du terme, qui a contribué à son succès et qui fait sa légèreté. Ainsi s’inspire-t-il de quantité de formes d’art et les influence-t-il en retour. Quel autre objet réalise cet exploit d’occuper tout à tour tant de fonctions, d’usages et de statuts sociaux ? Des Beatles à Gangnam Style, de Thriller à Lady Gaga en passant par Michel Gondry et le Top 50, l’ouvrage propose les clés historiques, esthétiques et thématiques du phénomène clip. Consulter le sommaire ---- Consulter l'index, la webographie et la bibliographie.


Grey's Anatomy. Du cœur au care
En duo avec Barbara Laborde. PUF, 2012. 162 pages. ISBN : 978-2-13-060658-1
Grey’s Anatomy, la série télévisée la plus regardée en France en 2010, vise à nous mettre sur la voie de la « vie bonne ». Comment ? En nous encourageant à nous soucier d’autrui. C’est pourquoi, sans doute, le Times a classé sa créatrice, Shonda Rhimes, parmi les « cent hommes et femmes dont le talent ou l’exemple moral transforme le monde » : symptôme de son temps, Grey’s Anatomy se propose aussi comme un remède. Ce livre fait le tour des procédés visuels, musicaux et scénaristiques qui sont déployés saison après saison pour nous convaincre du bien-fondé éthique des partis pris de la série. Consulter le sommaire


Lire les images de cinéma 3ème édition augmentée En duo avec Michel Marie. 263 pages. Larousse, coll. « Comprendre & Reconnaître », 2012. ISBN: 9782035876430
Ce livre fournit des outils indispensables pour décrypter le cinéma à l'échelle du plan (point de vue, distance focale, profondeur de champ...), de la séquence (scénographie, montage, suspense...) et du film (ressorts de l'histoire, genres, personnages...). Les figures répertoriées sont illustrées par un choix de photogrammes issus de films très variés. La mécanique de la narration filmique et les détails de la scénographie sont ensuite décortiqués à travers 23 analyses de séquences, qui sont autant d'exemples d'une lecture 'fine' du cinéma. Les films ont été sélectionnés de manière à représenter à égalité des succès populaires (DrJerry et Mr Love, Titanic, Kill Bill ou Avatar) et des classiques du septième art (Octobre, Sunset Boulevard, Le Septième Sceau, Vertigo). Ce livre n'est pas un répertoire de règles grammaticales hors desquelles on resterait devant le film comme devant un texte en langue étrangère. Il ne porte pas davantage sur des films complexes, ardus, ou prétendument illisibles sans mode d'emploi. Lire les images de cinéma, c'est prolonger le plaisir du spectacle en analysant, en décortiquant, en regardant à la loupe ce qui a passé à toute vitesse, à 24 ou à 25 images par seconde. L'avis de Jean-Max Méjean.

Les pin-up au cinéma En duo avec Mélanie Boissonneau. Armand Colin, Paris, 2010, coll. Albums. 142 pages.  EAN13: 9782200242893
Les pin-up sont de retour. Elles n’étaient pas parties bien loin mais le féminisme les avait assimilées à des femmes-objets domestiquées pour servir le « désir de voir » masculin. C’est fini : la pin-up est devenue l’une des incarnations du girl power, et le cinéma l’a souvent entendu de cette oreille, bien avant que le retour en vogue du burlesque valide cette association. D’où vient la figure de la pin-up ? Quand est-elle apparue ? Comment s’est-elle modifiée au cours des époques ? À quoi ressemblait une pin-up en 1920? Que faut-il à une actrice pour endosser ce rôle ?... Ce sont quelques-unes des questions auxquelles répond ce livre. Marilyn, Betty, Martine, Jessica... La pin-up est là pour être regardée, mais être regardée ne fait pas d’elle une potiche. Lire l'introduction ---- Lire la critique du livre dans Citazine ---- Lire la chronique du livre dans La Recherche

Cinéphiles et cinéphilies. Une histoire de la qualité cinématographique En duo avec Jean-Marc Leveratto. Armand Colin, Paris, 2010, 224 pages EAN13 : 9782200244453
Ce livre rend compte de la naissance et de l’évolution de la culture cinématographique, appréhendée comme un savoir partagé par tous les consommateurs passionnés de cinéma. Il montre comment la parole cinéphile s’est constituée sur la base de la consommation régulière du grand film, comment sa prolifération a conduit à la constitution d’une cinéphilie académique et à la patrimonialisation du grand fi lm, comment la consommation cinématographique s’est individualisée sous l’effet de la globalisation de l’échange cinématographique et du développement des nouvelles technologies internet et le DVD notamment qui permettent à chacun de construire sa propre cinéphilie.Il s’agit, au-delà d’une vision catastrophiste de la mort du cinéma ou d’une célébration naïve du marché cinématographique, d’une description de la naissance des cadres contemporains de l’expérience cinématographique, de la perception et du jugement de la qualité cinématographique.
Lire l'introduction ---- Lire la critique du livre par Olivier Alexandre dans La vie des idées --- Lire la critique du livre sur le blog 7emeart

Les hommes-objets au cinéma En duo avec Jean-Marc Leveratto. Armand Colin, Paris, coll. Albums. 142 pages. Date de publication: 2009 EAN13: 9782200242893
Qu’est-ce qu’un homme-objet ? C’est un homme qui retourne la condition humaine telle que l’existentialisme la concevait. « J'existe mon corps, disait Jean-Paul Sartre : telle est sa première dimension d'être ». Eh bien l’homme objet, son corps l’existe. Le cinéma ne pouvait qu’accueillir avec gratitude une telle disposition à n’être pas davantage que ce qu’on naît. Cette modestie est la plus photogénique des qualités dont les tourneurs de manivelle ont jamais rêvée. L’objectif de leur caméra s’arrête à la surface des choses, en effet, limitation dont l’homme-objet s’accommode à merveille. On ne se demandera jamais, en regardant l’un d’entre eux nonchalamment assis dans un fauteuil, même s’il a l’air très absorbé, « à quoi pense-t-il ? ». Non ; nous nous arrêterons avant. A sa carrure, au déploiement de ses doigts sur l’accoudoir. Il se pose, il pose, c’est offert, tout est là. Qui demande aux jolis garçons d’avoir inventé la poudre?
Lire le sommaire et le chapitre 2 ---- Lire la critique du livre sur Critiques libres

Analyse d'une œuvre : Casque d'or En duo avec Eric Dufour. Vrin coll. "Philosophie & cinéma", Paris, 2009. 138 pages.  ISBN-13: 978-2711622191.
Casque d'or, écrivait Dudley Andrew, s'efface à mesure qu'on le regarde. C'est un "cinéma du regret", qui montre un monde doublement enfui, celui de la Belle-Epoque si l'on considère l'histoire qu'il raconte, et celui d'un certain cinéma de la camaraderie, de la sincérité, de l'authenticité et du goût de la belle ouvrage, si l'on considère la façon dont il a été fait et qui sourd parfois de ses images. Malgré tout, le film n'a pas trop l'air d'un « vieux film ». Il passe les époques et les modes. L'un des deux lieux communs critiques les plus entendus à son propos est d'ailleurs de le qualifier de « film à costumes qui ne fait pas son âge ». Et pourquoi cette jeunesse ? Parce qu'on aurait affaire à un « exercice de style » ? Ou parce qu'il montre des personnages aux sentiments et aux aspirations toujours d'actualité ? Ou bien, justement, parce que la nostalgie dont il est si profondément empreint gomme les signes de contemporanéité qui pourraient lui faire accuser son âge ? Consulter la table des matières ---- Lire la critique du livre dans la French Review


La leçon de vie dans le cinéma hollywoodien
En duo avec Jean-Marc Leveratto. Vrin coll. "Philosophie & cinéma", Paris 2008. 138 pages. ISBN-10: 2711619966.  
Si un film se suffisait à lui-même, il nous ferait fuir, nous qui aimons extrêmement le cinéma. On ne répétera jamais assez que tout récit audiovisuel a besoin de quelqu'un pour l'animer, quelqu'un qui s'engage à le faire vivre en peuplant ses hors-champs et ses ellipses de désirs et de réflexions, sans lesquels il ne serait qu'un son-et-lumière déployant ses fastes pour rien. C'est ce philosopher pratique qui constitue le point de départ du présent livre, ce qui se passe quand le film nous apprend quelque chose parce que nous pensons avec lui. Le Lys de Brooklyn, Show Boat, Mogambo : tous objets qui invitent à la culture de soi en réfléchissant discrètement à LA question fameuse « comment faut-il vivre ? ». Consulter la table des matières


Stendhal, le désir de cinéma. Suivi des Privilèges du 10 avril 1840 de Stendhal
En duo avec Guillaume Soulez. 114 pages. Séguier-Archimbaud, coll. « Carré Ciné » dir. par Fr. Sojcher, Paris, 2006. ISBaN 2-84049-472-8.     En avril 1840, Stendhal rédige les Privilèges. A travers ces étranges rêveries de toute-puissance, se lit une sorte de préfiguration des pouvoirs du dispositif cinématographique qui sera mis au point cinquante ans plus tard. Comment ce désir de cinéma entre-t-il en résonance avec le réalisme si particulier de Stendhal, souvent illustré par le travelling imaginaire du “miroir que l’on promène le long d’un chemin” dans Le Rouge et le Noir? Les auteurs ont mené l’enquête au sein de la réflexion esthétique stendhalienne. Ils décrivent l’effet sur Stendhal de la transformation du spectateur en ce début du dix-neuvième siècle, avec l’apparition des nouvelles machines à images. Ils reviennent sur sa théorie de la sensation, en particulier à l’aune des recherches contemporaines sur les expériences de pensée et les mondes possibles. Pourquoi ce montage des reflets auquel se livre Stendhal nous apparaît-il aujourd’hui comme quelque chose de cinématographique ? Consulter la table des matières ---- Lire la critique du livre par Rachida El Mala sur Fabula.org

Les films à voir cette semaine. Stratégies de la critique de cinéma L'Harmattan, coll. "Champs visuels", 20015, ISBN : 978-2-343-05992-5 • 256 pages.
Comme le remarquait Guy Debord il y a plus d'un demi-siècle, la critique de cinéma est un « spectacle au deuxième degré, où le critique donne en spectacle son état de spectateur même ». La mise en scène de ce spectacle a-t-elle des règles ? Suit-elle un rituel précis ? Le texte critique est-il si proche de la littérature autobiographique que le bon plaisir prend toujours le pas sur la nécessité de coller au texte jugé ?... Le présent ouvrage tente de répondre à ces questions avec les outils de plusieurs disciplines universitaires, histoire et Cultural Studies notamment. Une douzaine d'auteurs y étudient les stratégies mises en œuvre par les critiques, à différentes époques et dans différents pays, pour exposer leurs goûts ou pour convaincre leur public du bien-fondé de leurs positions. En fin d'ouvrage, on trouvera des entretiens avec des critiques de Positif, des Cahiers du cinéma et de Studio Ciné Live. Sommaire et liste des auteurs. Lire l'article "Les 'meilleurs' films de tous les temps". Présentation du livre sur le site de l'éditeur. Lire la recension sur le site canadien Cinéfilic

Recherches sémiotiques/Semiotic InquiryVol. 30, n° 1-2-3, Montréal, nov. 2014 : "L'éthique du care/The Ethics of Care".
La leçon de vie, celle que propose le film narratif courant à ses spectateurs en quête d'avis, de modèles ou de repoussoirs, ou simplement curieux de savoir comment vivent les autres, est donc un objet digne d'intérêt. Il n'y a aucune raison de le laisser plus longtemps dans l'ombre. Il faut attirer l'attention des chercheurs sur cette dimension de l'expérience filmique, et le faire d'emblée en croisant les disciplines – la direction commune de ce numéro est moins le produit de circonstances fortuites que celui d'une volonté de travailler de manière interdisciplinaire. C'est d'ailleurs ce qui pourrait expliquer l'infortune du thème de la leçon de vie, jusqu'ici, dans le champ des études cinématographiques : le fait qu'il touche aussi bien à la philosophie et à l'éthique qu'à l'anthropologie, la sociologie, la psychologie, les Gender Studies et les études de réception. Lire le texte d'introduction du numéro.

Théorème n° 15 : « Le cinéma en situation. Expériences et usages du film » Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012. ISBN-13 9782878545852. En trio avec Laurent Creton et Raphaëlle Moine.
« Les films sont davantage que ce qui tombe de l'écran et des haut-parleurs » écrivait Herbert Blumer en 1932. Donner du sens aux données audiovisuelles suppose en effet quantité d’interactions entre toutes sortes d’agents et quantité d’ajustements entre toutes sortes d’hypothèses interprétatives. Ce que nous pensons du film et le bénéfice que nous en tirons varie en fonction de la situation. Avec qui le voit-on ? Quel usage ferons-nous de ce que nous voyons ? Comment la confrontation avec d’autres opinions modifiera-t-elle la nôtre ? Comment le film s’accommodera-t-il de nos « identités multiples » ? Au lieu d’être centré sur le « texte », mais sans pour autant poser que le spectateur est libre d’interpréter à sa guise toutes les données qui lui arrivent, cet ouvrage explore la situation cinématographique, ce moment de vie privilégié qui mobilise nos ressources et nos dispositions. Lire l'introduction.


Corps
n°9 :
« Un corps de cinéma » CNRS éd., 2011. En duo avec B. Andrieu
Un corps humain de cinéma n’est pas un corps, mais une entité incorporelle qui se présente à nous avec certaines qualités anthropomorphes, qu’à la fois il manifeste et qu’on lui prête. Tous les moyens sont bons pour que cette entité nous ressemble, car nous aimons à imaginer qu’elle appartient, en compagnie de ses semblables, à des mondes possibles où se suspendent – à moins qu’ils ne s’y résolvent - les conflits et les interrogations qui nous occupent au long des jours. C’est à cela, entre autres, que servent les fictions, or les corps de cinéma apparaissent essentiellement dans des fictions. Lire l'introduction

Degrés vol. 38, n°142 : « L’expérience du spectateur » Bruxelles, été 2010. En duo avec Jean-Marc Leveratto
On se propose de promouvoir l’autre cadre d’observation de l’événement artistique que constitue l’expérience du spectateur. Changer de cadre d’observation ne signifie pas étudier le public d’une œuvre, d’un genre ou d’une technique artistique, ce que font toutes les études de réception. Il s’agit d’appliquer la démarche anthropologique au spectacle artistique et de reconnaître le caractère constituant de l’engagement du spectateur dans l’activité artistique.  Comprise en ce sens, l’application d’une démarche anthropologique aux spectacles artistiques ne constitue pas une alternative, mais un  complément indispensable aux deux types d’étude entre lesquelles se partagent aujourd’hui leur expertise, l’approche sociologique (au sens large incluant l’économie, l’histoire culturelle, les sciences politiques) d’un côté, et l’étude esthétique (intégrant l’histoire de l’art, la narratologie, la sémiologie, la psychanalyse, etc.. Consulter le sommaire ---- Lire l'introduction

Grey's Anatomy : Dal cuore alla care En duo avec Barbara Laborde, Rome, Gremese, 2013. ISBN: 9788884407665, 144 p. Lire les 20 premières pages.
"Grey's Anatomy" cerca di porre noi tutti sulla strada di una "vita buona". Come? Incoraggiandoci a occuparci degli altri. Questo è senza dubbio il motivo per cui il Times ha classificato la sua creatrice, Shonda Rhimes, "tra i 100 uomini e donne il cui talento ed esempio morale trasformano il mondo". Sintomo dei suoi tempi, "Grey's Anatomy" si presenta dunque come un racconto improntato alla care, la cura del prossimo, antidoto al cinismo e all'indifferenza dilaganti. Ripercorrendo le vicende di medici e specializzandi del celebre ospedale di Seattle, questo volume analizza i procedimenti visuali, musicali e di sceneggiatura messi a punto, stagione dopo stagione, per catturare l'attenzione di milioni di spettatori e convincerli, altresì, dei presupposti etici di questo straordinario fenomeno mediatico.

Edition grecque : Grey's Anatomy. Φροντίδα από καρδιάς. Αθήνα, Καρδαμίτσα (Athènes, Kardamitsa Publications) 2014. Traduit par Αντουανέττα Καλλέγια. ISBN: 9789603543336. Η σειρά Grey's Anatomy, η τηλεοπτική σειρά με τη μεγαλύτερη τηλεθέαση στη Γαλλία κατά το 2010, επιχειρεί να μας βάλει στο "σωστό δρόμο". Πως; Ενθαρρύνοντάς μας να ενδιαφερόμαστε για τον πλησίον μας. Αυτός είναι αναμφίβολα ο λόγος για τον οποίο το περιοδικό Times κατέταξε τη δημιουργό της, τη Shonda Rhimes, ανάμεσα στους "εκατό άνδρες και γυναίκες των οποίων το ταλέντο ή το ηθικό παράδειγμα μεταμορφώνει τον κόσμο": σύμπτωμα της εποχής της, η σειρά Grey's Anatomy προβάλλεται επίσης και ως μέσο θεραπείας.Το βιβλίο αυτό αναλύει τις οπτικές, μουσικές και σεναριακές διαδικασίες που αναπτύσσονται από τη μία τηλεοπτική σαιζόν στην άλλη, για να μας πείσουν για τις στέρεες βάσεις της ηθικής των θέσεων που υποστηρίζει η σειρά. (Από την παρουσίαση στο οπισθόφυλλο του βιβλίου).

Cinéfilos Y Cinefilias En duo avec Jean-Marc Leveratto, Buenos Aires, La Marca Editora 2012, Colección Biblioteca De La Mirada. ISBN: 9789508892355, 248 página. Traduit par Víctor Goldstein.
Este libro habla del nacimiento y la evolución de la cultura; cinematográfica, percibida como un saber compartido por todos los consumidores apasionados por el cine. Muestra cómo la palabra cinefilo se ha constituido sobre la base del consumo regular del gran film, cómo su proliferación condujo a la constitución de una cinefilia académica y a la patrimonialización del gran film, cómo el consumo cinematográfico se individualizó bajo el efecto de la globalización del intercambio cinematográfico y del desarrollo de las nuevas tecnologías de Internet y el DVD sobre todo, que permiten que cada uno construya su propia cinéfila. Más allá de una visión catastrofista de la muerte del cine o de una celebración ingenua del mercado cinematográfico, se trata de una descripción del nacimiento de los marcos de referencia contemporáneos de la experiencia cinematográfica, de la percepción y del juicio de la calidad cinematográfica.

Gli uomini oggetto al cinema En duo avec Jean-Marc Leveratto, Rome, Gremese Editore 2011. ISBN: 8884406919- ISBN-13: 9788884406910. Traduttore : Sacchini E.
L'uomo ha sempre giocato con il proprio corpo. Ma tutto è cambiato quando il cinema ha cominciato a giocare con il corpo maschile: le norme della virilità, ora enfatizzate sino al ridicolo, ora smitizzate o completamente rivisitate, sono state più volte riscritte dalla settima arte. Affrontando un argomento che da alcuni è ancora considerato tabù, gli autori esplorano i diversi modi in cui il cinema ha eretto il corpo maschile, non meno che quello femminile, a oggetto di desiderio per gli occhi di donne e uomini, a partire dalle icone del cinema muto per arrivare - attraverso numerose fasi intermedie - alle star dai pettorali scolpiti e depilati del cinema contemporaneo. Nel tracciare questa inconsueta storia tematica del cinema, foto e testi interrogano spudoratamente il piacere che ciascuno di noi prova nel mettere in gioco, attraverso quelle figure, la propria sensibilità erotica.
Lire la critique du livre par Stefano Giani dans Il Giornale ---- Lire "I toy boys e tutti gli altri", la recension du Corriere Romano


《閱讀電影影像》
En duo avec Michel Marie. Cube Press, Taïwan, 2010, coll. ArtSchol. ISBN: 978-986-6593-394
 Traduction en chinois de Lire les images de cinéma.
 從影片解讀談起 本書的標題顯然自相矛盾了。坐在銀幕前愉悅地欣賞電影,是件再簡單不過的事情,那麼,出版一本解讀電影的書籍的必要性為何呢?學習閱讀,我們尚可理解,但 電影不是文學,而且似乎多數的電影都能讓人一看就懂;因此,要將本書視為「有助於解讀影片的想法,卻不過於著墨電影的專業知識領域,的確不是易事。然而本 書也沒有企圖為電影贏得文學上的尊榮而改變其研究模式,皆因第七藝術無需如此;本書也不是那種「觀眾若不讀它,看電影時就會像讀外文書一樣」的讀物, Lire le résumé du livre

Lendo As Imagens Do Cinema En duo avec Michel Marie. Senac, Sao Paulo 2009. ISBN: 8573598662- ISBN-13: 9788573598667
"Qual é o material necessário ao nosso conhecimento para decifrar um filme?" Traduction en portugais, par Magda Lopes, de Lire les images de cinéma, comprenant des analyses de films supplémentaires, notamment Highlander et La Cité de dieu.


好 莱坞与情路难 Peking University Press 2008. 230 pages. ISBN:978-7-301-13905-9    
Edition chinoise de Hollywood et la difficulté d'aimer. Traductrice : Julie Zhu. Les photogrammes ont été tirés de DVD, non de copies VHS comme c'est le cas pour l'édition française. 

好莱坞式的浪漫爱情片能当真吗?如今的公众舆论推崇现实主义,而浪漫爱情故事只是心灵的口香糖,属于 快速消费品,只配放在超市专柜里,或是在午后电视里播放。在地球上所有富有的国家里,人们不再相信伟大的爱情。 世界进入了公元第三个千年。对于电影中不真实的圆满结局、浪漫的日落、哀婉的小提琴,观众只是报以一笑。但是,这些似乎媚俗的影片却有一种魅力。或许因为 它们对激情的阐释并不像表面那样肤浅和幼稚。

Lire la présentations du livre sur le site de l'Université de Beijing


El sonido en el cine. Imagen y sonido: un matrimonio de conveniencia Paidos, Barcelone - Mexico - BuenosAires 2007. ISBN: 978-84-493-2027-9
"Con El sonido en el cine, Laurent Jullier aporta una perspectiva histórica en la que descubrimos que en las salas de la época del cine mudo ya existía un rico universo sonoro, que las pistas múltiples son un invento antiguo o que la revolución numérica se dio por primera vez en Francia" Version espagnole du Son au cinéma. Traducteur : Antonio Francisco Rodriguez.
Il suono nel cinema. Storia, regole, mestieri Edizioni Lindau, Torino, 2007. 94 pages. ISBN: 8871806980. ISBN-13: 9788871806983
"Il sonoro di un film è parte essenziale della sua riuscita artistica e tecnica, e del suo impatto sullo spettatore. Ricostruendone la storia, analizzando le più recenti conquiste tecnologiche e illustrando le varie figure professionali coinvolte, Laurent Jullier permette al lettore di districarsi in un ambito non sempre di facile comprensione."
Edition italienne du Son au cinéma. Traducteur : Mugellini E. Lire la critique du livre par Alessandro Izzi


Il cinema postmoderno
Edizioni Kaplan, Torino 2007, coll. « One PM (1) » dir. par Simone Arcagni. ISBN 88- 89908-08-4. 176
Version remaniée de L’écran postmoderne, comprenant des analyses inédites, et une préface de Simone Arcagni. Traductrice : Carla Capetta. A dieci anni dalla sua uscita, questo testo risulta ancora fondamentale, anche  in rapporto alla massa di posizioni, analisi, studi sul cinema postmoderno che spesso non sembrano trovare un luogo di sintesi da cui partire per approfondimenti particolari. Con questo libro Jullier pone le fondamenta ed edifica una teoria e un’estetica del cinema postmoderno da cui non si può prescindere.
Lire la 4e de couverture ---- Lire l'introduction "Parliamo di calcio" ----
Lire "Il postmoderno spiegato da Madonna e Materazzi", la chronique d'Alberto Pezzota dans le Corriere della Sera ----
Lire la critique du livre par Simone Moraldi dans CinemAvvenire ---- Lire la critique du livre par Dario Staefanoni dans CinemAllaCarte

Star Wars. Anatomie einer Saga UVK Verlagsgesellschaft, Konstanz 2007. 344 p. ISBN 978-3-89669-557-4.
Version, revue et corrigée, incluant les 6 épisodes de la saga (l’édition française de 2005 n’en comprend que 5). Traducteur : Dr Rüdiger Hillmer. Star Wars ist zum gesellschaftlichen Phänomen geworden, bei dem die beiden Trilogien nur einen kleinen, zentralen Teil bilden. Hunderttausende von Fans auf der ganzen Welt und Tausende Autoren von Spielen, Comics und Romanen arbeiten Tag für Tag daran, das Star Wars-Universum weiter zu verzweigen. Die Filme selbst sind nach und nach unter den Bildern, Klischees und Rekorden verschwunden. Laurent Jullier stellt sich dieser Tendenz entgegen. Allem, was direkt zu beobachten ist, gibt er in seinem kritischen Buch den Vorzug: den Filmen und den Produkten, die aus der Saga heraus entwickelt worden sind, und den Reaktionen, wie sie in Kritiken oder Diskussionsforen zutage treten. Lire la critique du livre par Birgit Schwenger ---- Entretien dans Cinema (Allemagne) à propos du livre ---- Version anglaise de cet entretien


?Qué es una buena pelicula? Paidós Iberica S. A., Barcelone 2006, coll. « Comunicación ». ISBN: 8449318335
Traduction en espagnol de Qu’est-ce qu’un bon film ? Tradución : Miguel Rubio. Bajo máscaras infinitamente variadas, de la más ingenua a la más sofisticada, Laurent Jullier descubre seis criterios para el juicio del gusto en materia cinematográfica: el éxito, la técnica, la edificación, la emoción, la originalidad y la coherencia. A partir de numerosos ejemplos extraídos de la actividad crítica o las conversaciones cotidianas, el autor investiga la utilización, el sentido y las condiciones de validez de esos criterios. También pone en entredicho muchos de nuestros tópicos, ideas recibidas e incluso rituales inconscientes. Después de leer este libro, seguramente ya no diremos las mismas cosas ni entablaremos las mismas conversaciones al salir de una sala de cine. Y, sin embargo, el texto no sólo concierne al mundo del cine, sino que constituye, más ampliamente, una especie de introducción al uso razonado del juicio y del gusto. Lire la critique du livre par Oscar Pablos

La imagen digital: de la tecnología a la estética La Marca, Buenos Aires 2005. ISBN: 950-889-063-0
Traduction en espagnol de Les images de synthèse. De la technologie à l’esthétique. En la televisión, en la cabina de los jets, en las salas de cine, en los quirófanos, los estudios de arquitectura y los laboratorios de física, las imágenes digitales son omnipresentes. han revolucionado las formas de representación del mundo y la mirada que ponemos sobre las cosas y nuestro entorno. transforman las artes plásticas, el cine... es te libro nos enfrenta a cuestiones sobre el modo de fabricación de las imágenes digitales y sus campos de aplicación. su lectura no requiere de conocimientos en informática y su ambición es la de otorgar las claves necesarias para ayudar a comprender la nueva cultura visual, y permitir una reflexión estética y epistemológica. Traducteur : Victor Goldstei.
合 成的影像
(He Cheng De Ying Xiang) 中国电影出版社 (China Film Press), Canton, 2008. Edition chinoise de Les images de synthèse. De la technologie à l’esthétique. Traducteur : 郭昌京 GUO Changjing 

Qu’est-ce qu’un bon film ? 256 pages. La Dispute, hors collection, Paris 2002. ISBN : 2-84303-060-9
À l’appui des appréciations innombrables que chacun de nous (profane, amateur, cinéphile ou critique) porte, au fil des jours, sur tel ou tel film de cinéma, il n’est guère difficile de repérer certains critères fortement récurrents. Sous les habillages les plus variés – du plus naïf au plus distingué –, Laurent Jullier, enseignant l’esthétique du cinéma à l’université de Metz, dégage six critères de jugement de goût en matière de cinéma : le succès, la technique, l’édification, l’émotion, l’originalité, la cohérence. À partir de nombreux exemples empruntés à la critique ou aux conversations de tous les jours, il décortique l’usage, le sens et les conditions de validité de ces critères. Il fait ainsi exploser quelques-uns de nos dogmes, de nos rituels ou de nos marottes, et nous n’échangerons peut-être plus les mêmes propos en sortant d’une salle de cinéma. Mais ce livre jubilatoire ne concerne pas que le cinéma, il constitue, plus largement, une sorte d’introduction à un usage raisonné du jugement de goût. Lire la critique du livre par Yves Laberge dans CiNéMAS


Lire les images de cinéma
En duo avec Michel Marie. 240 pages. Larousse, Paris, coll. « Comprendre & Reconnaitre » dir. par Michel Guillemot. ISBN: 9782035833280. Date de publication : 2007. Rééd. avec changements mineurs et nouvelle couverture en 2009.
S'initier à l'analyse de films grâce à des outils et à des exemples d'analyse de séquences. L'ouvrage est organisé en deux parties : (1) « Les outils de base » : les recettes pour savoir lire le cinéma à l'échelle du plan, de la séquence, et du film. Des exemples tirés de films très variés (de Fantômas au Seigneur des anneaux, des films de Bergman à ceux de Tarantino). Une importance également accordée à la bande-son. (2) « Lectures de films » propose 30 analyses de séquences qui utilisent les différents outils d'analyse. Les films sont sélectionnés de manière à représenter à égalité des succès populaires et des œuvres un peu plus difficiles. Ils sont regroupés en 8 chapitres recoupant les grandes étapes de l'histoire du cinéma et introduits par une « boîte à outils » spécifique. Consulter la table des matières ---- Lire la critique du livre par Teresa Faucon


L’analyse de séquences
Nathan-VUEF, coll. « Fac-cinéma », janvier 2002. ISBN : 2-09 191 227-1. Rééd. en 2005 chez Armand-Colin, 188 pages.
Première version : comprend sept analyses qui n’ont pas été reprises dans l’édition actuelle, dont trois consultables ici : l’ouverture de Shining, celle des Parapluies de Cherbourg, celle de Gladiator, celle de Rosetta, une séquence du Faits divers de R. Depardon, le clip de M. Gondry pour Björk Human behaviour, et le spot publicitaire Cœur de lion L’analyse de séquences 2e édition Armand Colin 2007. Coll. Cinéma. ISBN-10: 2200351313-ISBN-13: 978-2200351311. 192 pages. Comprend trois analyses qui n’ont pas été reprises dans l’édition actuelle, consultables ici : l’ouverture de Liaisons secrètes, celle de L'Œuf du serpent et celle de Garden State. L’analyse de séquences 3e édition Armand Colin 2011, Coll. Cinéma/Arts visuels dir. par Michel Marie, 224 p. ISBN : 978-2-200-24789-8. EAN : 9782200247898. Comprend trois analyses qui n’ont pas été reprises dans l’édition actuelle : l’ouverture de Casablanca, une séquence de Female Trouble et une de Shakespeare in Love.



Star Wars, anatomie d’une saga
. Armand-Colin, coll. "Cinéma" dir. par M. Marie, mars 2005, 244 pages. ISBN : 2-200-26911-0.
Première version. Lire la critique du livre par Mathieu Durand ---- Lire la critique du livre par Isabelle Roblin dans Communication Star Wars, anatomie d'une saga 2e édition, Armand Colin, Paris, 2010, Coll. Cinéma/Arts visuels dir. par Michel Marie, 264 pages, EAN13 : 9782200249977

Les images de synthèse. De la technologie à l’esthétique 128 pages. Nathan, coll. « 128 » dir. par Francis Vanoye, Paris 1998. ISBN : 2-09-191049-X.
A la télévision, dans le cockpit des avions, dans les salles de cinéma ou les salles d’opération, les agences d’architecture et les laboratoires de physique, on ne peut plus se passer des images de synthèse. Révolutionnent-elles aussi la représentation du monde, ou mieux le regard que nous posons sur les choses qui nous entourent ? Bouleversent-elles aussi les habitudes des peintres, des cinéastes... ? Avant de toucher à semblables débats, ce livre décrit le mode de fabrication des images de synthèse et leurs champs d’application. Sa lecture ne nécessite pas de connaissances préalables en informatique, son ambition est de donner les clés nécessaires à une réflexion esthétique et épistémologique.
Consulter la table des matières ---- Lire la critique du livre par Frédéric Strauss


Les sons au cinéma et à la télévision. Précis d’analyse de la bande-son Armand Colin, coll. « Cinéma & Audiovisuel », Roger Odin dir, Paris, 1995. ISBN : 2-200-21659-9. 224 pages.
Cet ouvrage a pour but d’expliquer rationnellement ce que le spectateur fait des données sonores d’une œuvre audiovisuelle, et de proposer des outils permettant à l’analyste de reproduire ce processus explicatif en l’adaptant à la forme et au contenu d’une œuvre donnée. Il s’articule autour de trois questions que le spectateur coopérant résoud mentalement : Quoi ? : qu’est-ce que ce son ? De quelle source sonore l’œuvre veut-elle suggérer qu’il émane ? Où ? : dans quel espace, plus ou moins représenté à l’image, se trouve cette source ? Pourquoi ? : quelle information utile - du point de vue du récit s’il s’agit d’une œuvre narrative - est-elle apportée précisément par ce son ? L’ouvrage se clôt sur une dizaines d’analyses de la bande-son de films classiques, modernes, “films-concerts”, émissions de télévision. Un glossaire de termes spécialisés en complète la lecture. Consulter la table des matière